Le cinéma sud-coréen

Le cinéma sud-coréen

Cher amis geekos, que tu sois en herbe ou non.

Après plusieurs mois à être dans le noir, seule chez moi, transie d’ennui, voilà que les salles de cinéma, et les lieux de culture en générale, ont rouvert leurs portes.
Et je dis un grand Yes ! Enfin ! Avant de me précipiter vers une de ces salles.
Et puis vint la désillusion (ou presque)…

La désillusion quand je me suis rendue compte que dans le cinéma le plus proche et le plus ac- cessible de chez moi, il n’y avait pas grand chose correspondant à mes goûts. Surtout en cette période de réouverture.
Car la dernière fois où je suis allée au cinéma remonte à… pas mal de temps. Les études aidant, je me suis donc mise à étudier des cultures cinématographiques au delà de notre côté de la pla- nète. Notamment du côté asiatique.

Et à voir d’autres films…
Et à en parler autour de moi…

Me voici donc aujourd’hui en mission, prise de l’envie de te proposer une autre partie de ce qui se fait au cinéma ces dernières années. Non, il ne s’agit pas de te proposer une encyclopédie com- plète du cinéma en Asie, ce serait bien trop long pour toi comme pour moi, mais au moins un bref aperçu. Vois un peu ça comme une porte d’entrée.

Afin que ton monde cinématographique ne soit plus restreint aux blockbusters Marvel (qu’on adore certes, là n’est pas la question) et aux comédies françaises (dont le bon goût est question- nable).
Je me suis posé la question cruciale qui est la suivante : par où commencer ? Quels films pour- rais-je te recommander afin de ne pas te faire fuir à toutes jambes dès le premier visionnage?

Je vais t’en proposer trois, pour y aller doucement, et du même pays, la Corée du Sud. Car oui, il y a du cinéma en Corée du Sud, pas juste de la K-pop et les dramas corréens que tu peux trouver sur Netflix.

Pourquoi ce pays ? Car il a désormais une place de choix dans les festivals internationaux, du fait d’une reconnaissance critique de plus en plus marquée. De ce fait, ces films sont plus faciles à trouver et à visionner, malgré une forme de censure, certes moins forte que dans d’autres pays asiatiques, qui est toujours présente. Tous ça arrive grâce, entre autres, à une nouvelle vague de cinéastes qui proposent un large éventail de films de tous genres et de tous sujets.

Commençons gentiment, je vais d’abord te proposer un film qui va te faire revoir des têtes fami- lières, comme ça, tu ne seras pas trop dépaysé. Connais-tu le film Le transperceneige de Bong Joon-ho, sorti en 2013 ? Peut-être as-tu entendu parler ou vu la série Netflix du même nom. Et bien, ce film, adapté d’une BD française crée par Jacques Lob et Jean-Marc Rochette (c’est la ligne cocorico de cet article) est d’origine sud-coréenne. Et oui, mais pour les visages connus dont je te parlais plus tôt, on peut compter à la distribution Chris Evans (coucou Captain), Tilda Swinton (coucou l’Ancien) ou encore John Hurt (rien que ça).

A leur côté se tient une partie de la distribution qui est coréenne, notamment les acteurs Song Kang-ho et Ko Ah-sung, les petits chouchous de ce réalisateur. Bref, c’est un super film, dont on ne peut remettre en cause ni les qualités de réalisation ni l’histoire. Tu seras scotché à ton siège tout le long du trajet.

Je vais rester un peu sur ce réalisateur. Pourquoi ? Tu en as surement entendu parler à d’autres occasions. Le petit cinéphile que tu es a peut-être suivi de loin (ou de près) l’actualité du cinéma et entendu parler de ce film qui a presque tout raflé en terme de récompenses en festival en 2019. Non ? Ce film, c’est Parasite. Je ne peux rien te dire sur l’histoire, hormis le minimum. C’est l’histoire de deux familles et d’une maison. Voilà, c’est tout ce que tu auras. Pour le reste, il faudra que tu ailles voir. Marjo me hurlerait dessus si je t’en disais plus de toute façon. Et comme tu as du le comprendre, le spoiler, ce n’est pas le genre de la maison. Mais un film qui a obtenu, la même année, l’Oscar du meilleur film, du meilleur réalisateur et la Palme d’or à Cannes, ça doit valoir le détour non ? Pour essayer ? C’est moins un blockbuster que le premier mais tu ne perdras rien au change je te rassure.

Le dernier film dont je vais te parler est Dernier train pour Busan de Yeon Sang-ho, sorti en 2016. Je te vois déjà : Tu vas te dire « mais d’où est-ce qu’elle le sort celui là ?».
Je te le propose car c’est un film de… zombies. Oui oui, ils font aussi des films de zombie en Corée du Sud et généralement, on aime plutôt bien ça par ici. Mais comment le font-ils ? Je veux dire, comment voient-ils le sujet et le traitent-ils ? Intriguant, non ? Bon, si cela ne te branche pas trop les zombies, je comprends aussi. Alors tu peux mettre ta casquette dans l’autre sens et juste voir dans ce film un mélodrame familiale très bien fait, émouvant et zapper les zombies.
Pour la petite anecdote : tu as peut-être dû voir le film Péninsula au panthéon morbide des films qui ont eu le malheur de sortir en 2020. Et bien, c’est la suite du film que je te propose.

Bon, je te l’accorde, le cinéma asiatique ne se limite pas à la Corée du Sud.
Et des films intéressants en Asie, il y en a beaucoup ! Pour peu que l’on se penche dessus et qu’on fasse quelques recherches.
Tu n’as qu’à choisir : Chine, Japon, Taiwan, Hong Kong, Vietnam… Et j’en passe. Tu en as aussi pour tous les styles. Drôles, dramatiques, actions, thrillers, arts martiaux, documentaires…
Ce n’était ici qu’une entrée en matière. Un peu comme les bandes-annonces pour te mettre dans le mood dans une salle de cinéma.
C’en est presque compliqué pour moi de ne t’en citer que trois. J’ai du choisir avec pas mal de frustration.

Mais ça en vaut le détour. Et en soirées, quand le sujet « cinéma » viendra sur le tapis, ce qui ne manquera pas au cours des prochaines semaines, tu pourras impressionner quelques personnes. Encore mieux, pense aux nombreux films et cinéastes que tu auras le temps de découvrir si on se mange un nouveau confinement dans les dents.

PS : Je ne résiste pas à l’envie de te parler d’un quatrième et dernier film, qui te retournera le cer- veau à coup sûr. Tu n’as jamais entendu parler d’Old Boy de Park Chan-wook ? Et bien et bien,voilà, c’est chose faite. Et que te dire ? Fonce le voir ! Et surtout… SURTOUT, ne consulte pas Wikipédia dessus, ni sur aucun autre film d’ailleurs, cela équivaudrait à basculer du côté obscur de la force.

Ofie

Soyer le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.